Connect with us

Politique

Hugues Célestin dévoile le plan de l’ opposition dite active

Published

on

L’ opposition souhaite que les choses se fassent autrement dans la cité.

La rupture est le fait d’ un ordre préexistant. Dans l’ histoire, l’ installation d’ un nouveau régime, d’ un nouveau pouvoir, n’ a pu se faire que par la violence ou du moins par la menace de l’ usage de la force.

Comment opérer cette rupture vers un ordre nouveau, quand on sait que le système qu’on veut changer est traditionnellement alimenté par des secteurs dominants de la société, tels : la classe politique, le secteur des affaires, les organisations de la société civile. ect ?

Il ne fait pas de doute que ce système qu’ on veut changer est le résultat de l’ accumulation des bêtises et des échecs de tous les gouvernements qui ont dirigé le pays au cours de ces trente dernières années.

Qu’est-ce qui rend les échoués d’ hier plus légitimes que ceux d’ aujourd’hui à opérer la rupture dans la manière de gérer la République ?
On peut se poser la question suivante:
Pourquoi ceux qui avaient essayé, veulent encore réessayer, et pour quel résultat?

Le renversement de Jovenel Moise n’ est pas synonyme de rupture et n’ implique pas nécessairement une volonté de changement. Nous sommes dans un rapport conflictuel. Il y a des intérêts politiques et économiques qui sont en conflits. L’ opposition et les hommes du secteur économique font pression sur le Chef de l’ État, par toutes sortes de moyens destinés à modifier une situation jugée insatisfaisante pour eux.

Le Président Jovenel se trouve dans cette situation parce qu’il n’ a pas compris que sa gestion du pouvoir crée un déséquilibre préjudiciable aux intérêts de ces hommes habitués aux privilèges que procure l’ État.

Tout le monde se souvient de Rene Préval. On invoque son nom, ce n’ est pas parce qu’il avait influencé positivement l’ État et la société haïtienne mais parce que cet arroseur savait comment utiliser les ressources de l’ État pour confondre ses opposants politiques dans le but d’atteindre ses objectifs politiques.

Préval est un modèle destructeur mais il a une bonne réputation dans la presse haïtienne. On lui avait accordé les funérailles nationales sur les dépouilles des entreprises publiques haïtiennes. Il est passé comme un bon nègre parce qu’il avait apporté du poisson sur la table de l’opposition.

Le Président Jovenel Moise oublie que dans une démocratie de la crasse comme la nôtre, le pouvoir est un atout important. Pour que le pouvoir dure, il faut qu’il soit utile à l’ autre partie, donc à l’ opposition.

Les vocales : Élections, démocratie, alternance politique, ce sont des concepts qui ne veulent rien dire dans le contexte haïtien. L’ État est notre bien commun, on veut qu’il soit partagé en toute équité. Voilà le contenu du mandat présidentiel en Haïti. Tout le reste n’ est que parole.

L’ intervention de Hugues Célestin sur les ondes de vision 2000 ce matin nous a permis de repérer la vraie position de ces hommes sur la dimension conflictuelle de la crise. Il faut qu’on soit lucide pour comprendre les enjeux et découvrir les ambitions des protagonistes.

Cette aile hégémonique de l’ opposition “dite active” a son propre juge de la Cour de Cassation pour assurer la transition politique, le Premier Ministre sortira de cercle très restreint, elle nommera l’ autorité de transition, en remplacement de ce Parlement décrié pour contrôler le pouvoir de transition , en un mot, elle nous dit clairement que cette fois – ci,” tout sera fait par nous et pour nous, et rien ne sera fait sans nous”. Elle consultera au besoin l’ opposition dite “passive” définitivement hors jeu. Bref, elle sera à la fois le pouvoir et l’ opposition. Donc, elle confisque la souveraineté nationale. Cette fraction du peuple se pose comme peuple.
Il existe quand même une Constitution qui précise que la souveraineté nationale réside dans l’ universalité des citoyens (art 58).

Comment les juges de la Cour de Cassation qui sont établis par la Constitution pour assurer l’ empire de la règle droit, peuvent – ils accepter de se faire complices du dysfonctionnement de notre système démocratique?

En effet, comment départager l’ opposition
active de celle dite passive? La bataille pour le “pouvoir ” ne fait que commencer. Il y a nécessité d’ intervenir pour modifier le cours des événements. Ne faut-il pas une intervention extérieure pour casser ce système?

Qui légitime cette commission de passation de pouvoir instituée par l’ opposition? Rien ne fonctionne dans notre démocratie. Nous sommes en effet pour la stabilité et le respect du mandat présidentiel par principe? Mais comment peut-on se faire le défenseur d’ un immobilisme institutionnel qui pretendrait que la volonté populaire est correctement incarnée dans le processus décisionnel démocratique ?

La prise du pouvoir par les élections est importante dans un système démocratique. L’ origine du pouvoir compte énormément en démocratie. Mais ce qui est le plus important, c’ est l’exercice et la qualité du pouvoir. Les gouvernements sont établis par les citoyens pour garantir leur bien être et leur juste pouvoir émane de ces derniers. Toutes les fois qu’un gouvernement passe à coté de ce but, le peuple peut décider de le changer. Le Président Jovenel Moise, en posant le principe constitutionnel selon lequel il a été élu pour un mandat de cinq (5) ans n’ adresse pas les questions du moment. Ce n’ est pas son élection à la présidence du pays qui est contestée, c’ est l’ efficacité de son pouvoir qui est mise en cause par les citoyens. La politique moderne, c’ est d’ abord l’ efficacité, la performance et le résultat. L’ intervention du Chef de l’ État ce midi, a – t- elle été un coup raté ? Qui conseille notre Président ?

Nous sommes dans une grande confusion politique caractérisée par une régression de notre système démocratique.

N’ est – il pas temps de construire une opposition citoyenne, responsable pour répondre aux déficiences des acteurs, tant du coté du pouvoir que de l’opposition ?

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Protestation

TOGO: Dès prisonniers mécontents après l’annonce de libération d’une liste gracié par le président.

Published

on

Depuis l’arrivé du CoronaVirus dans le monde, plusieurs pays sont en train de prendre des décisions pour empêcher sa propagation. Le président du Togo, Faure Gnassingbé, envisage de libérer des prisonniers pour éviter des contaminations au CoronaVirus parmis eux.

Cette décision à susciter une révolte à la Prison civile de Lomé après l’annonce de libération de 1048 prisonniers par le président. Selon Togo Breaking News, dans le centre de détention
Lomé, 454 prisonniers se sont retrouvés sur la liste des graciés présidentiels.

Le reste des détenus mécontents, estime que le chef de l’État devrait libérer plus de personnes, s’il veut diminuer le risque de contamination.

Le prison de Lomé abrite actuellement plus de 2 200 détenus répartis dans une quarantaine de batiments.

“C’est sûr que la situation empirerait avec l’arrivé de la Pandémie Covid-19, vue les conditions de détention, d’hygiène, l’accès difficile aux soins de santé, la qualité et insuffisance de nourriture.” Explique les détenus protestataires.

Continue Reading

Internationale

Vénézuela : Juan Guaido convoqué par les autorités judiciaires pour “tentative de coup d’État”

Published

on

By

Après sa participation dans une manifestation à la capitale vénézuelienne (Caracas), le 10 mars dernier, le leader de l’opposition Juan Guaido est accusé d’avoir participé à une tentative de coup d’État contre le président Nicolas Maduro.

En effet, il a été convoqué par les autorités judiciaires de se présenter devant un tribunal jeudi prochain pour répondre de ses actes.

C’est le procureur Tarek William Saab qui a annoncé la nouvelle, mardi 31 mars, indiquant l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur cette situation.  

Dans le cadre de cette enquête lancée la semaine dernière, nous avons cité à comparaître le citoyen Juan Guaido jeudi prochain devant le ministère public, a indiqué Tarek William Saab, dans une déclaration retransmise par la chaîne d’État VTV.

Tentative que le gouvernement vénézuélien a dénoncée le 25 mars dernier, après la découverte d’un stock d’armes en Colombie contenant 26 fusils d’assaut, des lunettes de vision nocturne et des silencieux, a précisé le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, rapportent des médias colombiens.

Il faut rappeler que la Colombie et le Venezuela ont rompu leurs relations diplomatiques en février 2019. Si bien que le président colombien, Ivan Duque ne reconnaît pas ce qu’il appelle “la dictature” de Nicolas Maduro.

Le ministre vénézuélien de la communication avait également accusé le général vénézuélien à la retraite Cliver Alcala, réfugié en Colombie depuis deux ans, de participer à ce “complot” échafaudé dans le pays voisin avec le soutien des États-Unis ainsi que Jaun Guaido.

Dans cette guerre diplomatique, Washington a offert 15 millions de dollars américains, jeudi dernier, pour toute information menant à l’arrestation du président Nicolas Maduro et de 14 responsables ou ex-responsables vénézuéliens participant au régime Chaviste.

À rappeler que plus de 60 pays s’étaient mis d’accord à reconnaitre Juan Guaido président par intérim du Vénézuela, par dégouts au pouvoir de Maduro qui applique encore les mesures prises par Hugo Chavez.  Juan Guaido qui s’est autoproclamé président qualifie Maduro d’usurpateur.

Brunel Dumeus

Continue Reading

Actualités

“L’Europe serait emportée par le coronavirus”, prédit l’ancien président du Parlement européen, Antonio Tajani

Published

on

Ravagée par le coronavirus, l’Italie voit mal la décision prise par l’Union européenne (UE), 26 mars dernier, de reporter l’examen de mesures plus fortes afin d’atténuer les conséquences économiques et sociales dramatiques liées à la pandémie.

L’ancien président du Parlement européen, Antonio Tajani prédit qu’elle serait “emportée par le coronavirus”, tout en qualifiant l’Europe de “lâche”.

Cette même attitude est reprise par le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, qui dit à une “Europe morte d’aller se faire foutre“, selon le titre du journal Il Fatto Quotidiano.

Cette colère est survenue après avoir sollicité à plusieurs reprises l’aide de l’Union européenne pour soutenir son pays terrassé par le COVID-19.

D’ailleurs, Giuseppe Conte a notamment, avec l’appui de la France, proposé la création de «coronabonds» qui mutualiseraient la dette des États membres. Une option refusée par plusieurs pays du nord de l’Europe, dont l’Allemagne en tête de liste.

“Nous avons dit, du côté allemand, mais aussi de la part d’autres participants, que ce n’était pas la conception de tous les États membres” d’émettre ces emprunts européens communs pour soutenir l’économie, a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel à l’issue d’un sommet organisé en visioconférence le 26 mars dernier.

Aucun accord n’a été trouvé sur des mesures fortes visant à apporter de l’aide aux nations les plus touchées par le coronavirus.

Mise à part les autorités italiennes, la presse italienne s’est déchaînée et mal pris la décision de l’UE.

Pour une partie de la presse, Bruxelles abandonne la péninsule à son sort. Elle n’hésite pas à parler d’une UE «laide» et «morte».

«Si l’UE ne se met pas d’accord, le projet européen est terminé », écrit de manière si catégorique le quotidien italien pro-européen, le plus diffusé du pays, Corriere della Sera.

Il faut signaler que l’Italie est le pays le plus touché par le Covid-19 avec près de 8 200 décès et 82 000 personnes infectées.

Payant le prix fort au niveau sanitaire comme économique, l’Italie réaffirme sa «préférence pour le MES» ou Mécanisme européen de stabilité, un fonds de secours créé en 2012 lors de la crise de la dette et doté d’une capacité de prêt de 410 milliards d’euros.

Le refus des États membres à soutenir les pays ravagés par le Covid-19 met en rogne le Premier ministre Giuseppe Conte qui se sent agacé par le manque de soutien de ses partenaires européens, jusqu’à menacer de refuser de signer la déclaration commune si les autres pays de l’UE n’adoptaient pas des mesures fortes, «avec des instruments financiers innovants et réellement adéquats pour une guerre que nous devons mener ensemble».

Une prise de position qui a eu pour effet de pousser les 27 pays membres à «présenter des propositions dans un délai de deux semaines».

Le quotidien Corriere della Sera parle d’accord «a minima». Il fustige une «union qui ne fait pas la force». 

Même son de cloche du côté du pro-européen La Repubblica, qui parle d’une «laide Europe». Pour le quotidien financier Il Sole-24Ore, Bruxelles est «à un tournant». Le journal cite notamment un diplomate qui estime que «quand on compte les morts, on ne compte pas les milliards».

Le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio s’est également montré ferme avec Bruxelles en postant sur son compte Facebook: «Nous attendons de la part de nos partenaires européens de la loyauté, nous attendons que l’Europe fasse sa part, parce que les belles paroles, on ne sait pas quoi en faire.»

«Pendant que l’on meurt et que l’économie s’effondre, les décisions sont renvoyées à dans deux semaines. L’égoïsme masochiste des tenants de la rigueur est myope et dangereux pour tous. »

«Une fois de plus, l’Europe démontre son absence, il n’y a pas de stratégie », critique Luca Zaia, gouverneur de la Vénétie, région particulièrement touchée par l’épidémie.

À rappeler que l’Europe est actuellement le continent le plus touché par la pandémie avec un total de 265 000 cas, et plus de 14 500 morts. 

Sources combinées

Continue Reading

Les plus visionnés

  • Michelet Nestor : L’appel au dialogue du président devrait tabler sur sa démission (57,189)
    Jovenel Moïse aurait dû annoncer sa démission dans son adresse à la nation, et l'appel au dialogue du président aurait eu pour tâche de préparer le gouvernement de transition, pense Nestor Michelet, spécialiste en Droit international des affaires. Une telle démarche calmerait, selon lui, toute cette colère populaire qui ne fait que paralyser le pays. […]
  • OPINION PUBLIQUE: Les grenadiers passent de Héros à zéros (12,837)
    Après la dernière édition de la Concacaf (Gold Cup), ou la sélection Haïtienne de football a gagné la 3e place, trois Grenadiers sur cinq, de ceux qui sont revenus du championnat, ont été reçus par le président Jovenel Moïse, au Palais National le 9 juillet 2019. Depuis, l’opinion publique ne cesse de dénoncer cette rencontre, […]
  • Roody Roodboy, agressé sur les réseaux sociaux, est prié de rester en France pour ne pas importer le coronavirus en Haïti (8,828)
    Par rapport au coronavirus qui ravage des pays en Europe, les États-Unis demandent de stopper tout vol en direction de ce continent. La peur provoquée par ce virus pousse certains haïtiens à agresser sur Twitter l’artiste Roody Roodboy qui s’est rendu à Paris cette semaine, malgré l’alerte rouge qui pèse sur la France. Des followers […]
  • L’augmentation exorbitante des frais de Moncash par la Digicel (7,472)
    Malgré les taux de l'inflation et du chômage sont à leur plus haut niveau, la Digicel juge nécessaire et opportun d'augmenter les frais du service Moncash. Pour les retraits, les frais augmentent de 1 jusqu'à 83 gourdes. Et de 0,5 à 20 gourdes pour les transferts effectués de votre téléphone à une personne. Pour justifier […]
  • Des enfants renvoyés pour des frais de scolarité, victimes d’un accident à Pétion-Ville (7,178)
    Ce matin aux environs de 9h, un camion a percuté un mur du Collège Mixte Ascension à Delmas 105 et en a fait deux morts et plusieurs blessés. L'un des enfants, âgé de 6 ans, a rendu l’âme à l’hôpital La Paix.     Selon les informations, les victimes sont des enfants à bas âge renvoyés […]
April 2020
M T W T F S S
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Categories

LES PLUS LUS