Connect with us

Politique

Joseph Lambert, le “Ti Malis” de la politique

Published

on

Se déclarant être une “bête politique”, le sénateur Joseph Lambert, qui est connu pour ses stratégies politiciennes afin de rester dans l’arène politique, vient d’annoncer son désaccord avec le pouvoir en place. Ce désacord peut être compris comme un virement du sénateur lui permettant de se configurer dans l’espace politique. Très ambitieux, très malin et très rusé comme Ti Malis dans le conte haïtien, Joseph Lambert, en tant qu’un bon marin ne peut faire partie d’un bateau qui est entrain de se noyer. Alors, il revient à prendre son sauvetage pour sauver sa peau afin d’empêcher de se faire noyer dans l’océan colérique, téméraire actuel du peuple haïtien qui lutte pour de meilleures conditions de vie.

Face à un pouvoir menacé par les différentes manifestations de la population, nul n’est à l’abri. Lambert veut en ce sens faire des préventions avant que la tempête passe. Il se met à l’abri au sein de l’opposition qui, in fine, n’arrive pas, comme pouvoir politique, à préparer le peuple à un véritable mouvement social susceptible de renverser le pouvoir en place (PHTK). Comme tout est incertain dans une conjoncture pareille, alors il faut bien prendre des précautions. C’est ce qu’a fait Lambert.

Joseph Lambert est réputé de ne pas figurer dans le camp des perdants. Ses choix politiques depuis des lustres le confirment. L’on se rappelle de sa déclaration farouche avant d’intégrer le pouvoir PHTK première version. “Martelly semble un éléphant dans un magasin de porcelaines”. Quelques mois après, il allait être nommé conseiller spécial au Palais national, à un moment où l’opposition était entrain sombrée. Lambert se range toujours du côté de ceux qui peuvent gagner le jeu d’intérêt (la politique), mais très souvent mesquin; jeu qui fait abstraction du bien collectif. Pour se configurer dans l’arène politique, pour se faire paraître et pour ne pas rester dans l’ombre, il est prêt à s’allier à n’importe qui, tout en occultant toute question d’idéologie et de morale politique. La “bête politique” peut être le cavalier de n’importe qui, il suffit que cela l’arrange ou lui soit bénéfique. Autant que cela rapporte, l’on s’en fout à quel camp s’allié. De la pure indécence!

Toutefois, ces alliances partagent l’illusion que l’on veut le bien-être de la population. D’ailleurs, l’élu du Sud-Est évoque que l’opposition a un “sens”, et que le pouvoir n’arrive pas à délivrer la marchandise. Faut-il surligner que ce dernier a collaboré avec ce pouvoir depuis environ cinq années, durant lesquelles, il (pouvoir) arrive à dilapider beaucoup d’argents dans le vaste crime financier qu’a connu le pays. Où était-il ? Était-il aveuglé par les accessoires que procure chèrement le pouvoir d’État, pour passer autant d’années à collaborer à un pouvoir qui fragilise d’une façon exemplaire et extraordinaire la vie de la population ayant élu Lambert comme sénateur ? Pourquoi opte-t-il pour l’opposition après qu’il s’était mis à défendre ce pouvoir dilapidateur contre cette même opposition ? Pourquoi s’est-il rendu compte aujourd’hui des malheurs commis par ce pouvoir depuis plusieurs années ? Malheurs auxquels il a contribués, d’une façon ou d’une autre.

Rien qu’une question de configuration ! Pour ne pas perdre la face, Lambert cherche l’assentiment de plus d’un. D’ailleurs, déjà tout le monde parle de lui en ce moment. La bête politique est un bon stratège, pourrait-on dire. Que de la politicaillerie ! Les politicards dévoilent les spectres de la fascinante morale politique qui règne en Haïti, et qui produit très souvent l’indignation de voir disparaître les vestiges de la République.

Cette question de configuration dans l’arène politique touche également une frange des grands boutiquiers du pays. Si bien que Réginald Boulos vient avec le mouvement de la troisième voie comme une alternative à la situation désastreuse du pays à laquelle il a grandement participé en appliquant des politiques économiques néolibérales.

Si tant est que l’acteur peut changer de position au sein du système par rapport à une situation quelconque, mais ce changement ne peut en aucun cas être l’apanage du contingent, du superficiel. Or, l’acte de Lambert traduit les intérêts à soi contingents occultant le nécessaire sur lequel doit reposer toute action politique. Et l’intérêt commun ou l’intérêt public sur lequel doit tabler la politique est obscurci par les intérêts mesquins, où il y a une “forme d’appropriation de l’État par des intérêts économiques et de la puissance publique par des pouvoirs privés”, comme le souligne Étienne Tassin. La ruse, l’opportuniste qu’il est traduit clairement la bestialité politique de Joseph Lambert. Et son humanité se résume dans sa capacité à prendre la politique pour un cheval de Troie. Chacun est pour soi, et l’on ne s’allie que de manière conjoncturelle et superficielle.

Actualités

Un projet de coup d’État ayant à sa tête Marie Louise Gauthier avorté

Published

on

Des membres haut-gradés de la Police nationale et de la Cour de Cassation ont élaboré, sous les ordres des autorités du Département d’État américain, un projet de coup d’État pour forcer Jovenel Moise à quitter le Palais national le 7 février 2021 sous l’égide de l’article 134-2 de la Constitution.

L’idée était de procéder à une arrestation déguisée de Jovenel Moise par les services de sécurité du Palais national. Une arrestation qui conduirait Jovenel Moise à l’habitation Petit Bois, plus bas de l’ambassade américaine.

Selon des informations recueillies auprès des sources fiables, le mandat émis par le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire s’acheminerait à l’ambassade américaine pour approbation avant d’arriver aux mains du chef de la sécurité du Palais national, Dimitri Herard. Ce dernier, via des audios sur WhatsApp indiquant une conversation avec Marie Louise Gauthier, confirmait avoir été contacté par des autorités du Département d’État sur le projet de coup d’État.
Après l’arrestation de Jovenel Moise jusqu’à le forcer à quitter le pays, les complotistes procéderaient lundi 8 février à l’installation du pouvoir de transition. Toutefois, ce projet se réaliserait si Jovenel Moise restait au Palais jusqu’au matin du 7 février 2021.

Au courant de ce projet, le pouvoir en place a procédé ce dimanche 7 février 2021, aux environs de deux du matin, à l’arrestation de l’inspectrice Marie Louise Gauthier, le juge de la Cour de Cassation Yvickel Dieujuste Dabrésil et plusieurs autres personnes pour complot contre la sureté de l’État.

Il faut rappeler que ce bras de fer entre le pouvoir et l’opposition sur la fin du mandat du président Moise a engendré ce 7 février un pays en ébullition. Plusieurs personnes gagnent les rues dans plusieurs villes du pays pour manifester contre le pouvoir. Des routes bloquées. Des tirs résonnent partout dans le centre-ville de Port-au-Prince.

Pendant que le pays est au bord de l’explosion, Jovenel Moise se rend à Jacmel pour le carnaval. Jovenel Moise dans un tweet annonce qu’il s’adressera ce dimanche à la nation pour présenter au peuple ayitien le bilan de ses quatre ans au pouvoir. Parallèlement, le président du tiers du Senat Joseph Lambert soutient qu’il va également s’adresser à la nation ce dimanche. Par ailleurs, l’opposition crie haut et fort la fin du mandat de Jovenel Moise ce dimanche 7 février.

Continue Reading

Actualités

7 Février 2021; Jude Celestin confirme sa position sur la crise politique actuelle.

Published

on

Dans une adresse à la Nation, l’ex candidat à la présidence Jude Celestin, après de longue silence prend clairement position sur la crise politique du pays, au moment où le débat s’acharne sur l’échéance présidentielle entre 7 Février 2021 ou 7 Février 2022.

L’ancien candidat malheureux des élections de 2016 tente de clarifier l’échéance présidentielle de Jovenel Moise dans sa note à la nation. « Seule la Constitution est juge du mandat des élus. À cet égard, les articles 134-1 et 134-2 de la Charte de 1987 amendée sont péremptoires : le mandat du président Jovenel Moïse se termine le 7 février 2021. Et si, en raison de la longueur du processus électoral enclenché en 2015, des doutes devaient persister dans certains esprits tordus, obnubilés par l’ambition ou des fantasmes de longévité, la résolution du CEP de Léopold Berlanger les efface totalement en rappelant aux participants à ces joutes la règle constitutionnelle que le mandat des futurs élus, parlementaires et président, débutait dans l’année 2016. Résolution que d’ailleurs avait endossée le Core Group dans sa note du 9 novembre 2016 où il réitérait sa solidarité avec le peuple haïtien et saluait la volonté de tous de parachever le cycle électoral. »

Cependant, l’ancien candidat à la présidence de 2016, précise qu’il a été victime d’un hold-up électoral du régime Tèt kale, sans jamais avoir concédé la victoire à M. Jovenel Moïse. Tout en essayant de justifier son silence pendant des années. « j’ai choisi de faire très peu d’interventions tout le long de son mandat. Cette attitude procédait d’un souci purement patriotique de ne pas mettre d’entraves à la concrétisation des promesses électorales de ce candidat, du moment qu’elles pouvaient éventuellement apporter du bien-être à ce peuple que j’avais choisi de servir avec amour et dévouement. Mais l’autocratie, l’autoritarisme, la mégalomanie et l’absence de vision de monsieur Jovenel Moïse ont jeté le peuple haïtien dans l’enfer de la misère, de l’insécurité et de l’instabilité. Alors, le silence n’est plus de mise. »

En ce sens, Jude Celestin dit sortir de son silence, pour demander à Jovenel Moïse de respecter la constitution haïtienne. « Au lieu de « donner à manger au peuple haïtien et d’augmenter son pouvoir d’achat », la mauvaise gouvernance, le gâchis administratif et l’impéritie de l’équipe au pouvoir ont conduit à l’effondrement des institutions étatiques. Avec le pullulement des gangs armés, l’insécurité généralisée et le kidnapping, la peur s’est installée dans les foyers. Si rien n’est fait, « la guerre de tous contre tous » bouleversera les prochains jours et l’avenir de la nation.
Ma qualité de légaliste, d’institutionnaliste, d’homme de compromis et de dialogue, ma mission auto-choisie de vigile des valeurs démocratiques dans cette Haïti qui se cherche condamne sans appel le chaos, ainsi que l’anarchie, la violence et le dechoukaj. Aussi ai-je décidé de rompre une fois de plus le silence pour en appeler à monsieur Jovenel Moïse et lui demander de respecter son serment et ses engagements constitutionnels. Qu’il se ressaisisse afin d’épargner au pays un bain de sang, car le peuple haïtien n’acceptera pas l’inacceptable ni ne supportera l’insupportable. » précise t-il.

L’ancien candidat dit s’associer à la population contre cette équipe maladroit et sans vision et ideal et qui a plongé notre patrie dans les affres de la misère, de l’insécurité, du kidnapping et de la peur.
« Bon combat » pour la reconquête de notre dignité et de notre souveraineté, pour une Haïti libre, indépendante, démocratique, prospère et solidaire. » écrit Jude Celestin.

https://web.facebook.com/JudeCelestin2016/posts/3555754707885270

Continue Reading

Actualités

3 février 2021: Joseph Lambert et son bureau invités au Palais national

Published

on

Photo credit should read HECTOR RETAMAL/AFP via Getty Images)

Le président de la République Jovenel Moïse, dans une lettre, invite le nouveau président du Sénat Joseph Lambert et son Bureau, à une audience au Palais National, ce mercredi 3 Février à 2 heures.

Dans cette lettre d’invitation, le président Jovenel Moïse en a profité pour féliciter le nouveau Bureau du Sénat, nommé depuis plusieurs jours à la tête de ce qui reste du Sénat de la République.

Cependant les motifs de l’audience n’ont pas été révélés. Il faut par ailleurs rappeler que ce 3 février, le président du Sénat, Joseph Lambert, avait lancé un dialogue national entre les acteurs clés de la vie nationale pour éviter au pays un chaos à l’approche du 7 février 2021.

Dans son discours de circonstances lors de son élection à la tête du Senat de la République, l’élu du Sud-Est a critiqué le président Jovenel Moise pour sa façon de mettre en place le Conseil électoral provisoire. Joseph Lambert exige au président le respect de la constitution.

Et pour éviter tout dérapage ou chaos comme le veut l’opposition, Lambert veut initier ce dialogue dont le but est de trouver un modus operandi en vue d’aboutir à un consensus; dialogue qui a été reporté pour manque de quorum.

Continue Reading

Les plus visionnés

  • Michelet Nestor : L’appel au dialogue du président devrait tabler sur sa démission (59,156)
    Jovenel Moïse aurait dû annoncer sa démission dans son adresse à la nation, et l'appel au dialogue du président aurait eu pour tâche de préparer le gouvernement de transition, pense Nestor Michelet, spécialiste en Droit international des affaires. Une telle démarche calmerait, selon lui, toute cette colère populaire qui ne fait que paralyser le pays. […]
  • De Leslie François Manigat à Père Éternel Loto, un travers politique pour le RDNP (17,153)
    De l'intellectualisme à l'amateurisme politique. Un travers pour le Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) qui faisait office d'un parti politique priorisant la connaissance et qui comprenait la politique comme une science et une pratique sociale capable de garder le sens authentique de l'humanité de l'être humain. Qui n'avait pas envie d'écouter Leslie François Manigat, […]
  • OPINION PUBLIQUE: Les grenadiers passent de Héros à zéros (14,921)
    Après la dernière édition de la Concacaf (Gold Cup), ou la sélection Haïtienne de football a gagné la 3e place, trois Grenadiers sur cinq, de ceux qui sont revenus du championnat, ont été reçus par le président Jovenel Moïse, au Palais National le 9 juillet 2019. Depuis, l’opinion publique ne cesse de dénoncer cette rencontre, […]
  • L’augmentation exorbitante des frais de Moncash par la Digicel (12,352)
    Malgré les taux de l'inflation et du chômage sont à leur plus haut niveau, la Digicel juge nécessaire et opportun d'augmenter les frais du service Moncash. Pour les retraits, les frais augmentent de 1 jusqu'à 83 gourdes. Et de 0,5 à 20 gourdes pour les transferts effectués de votre téléphone à une personne. Pour justifier […]
  • Roody Roodboy, agressé sur les réseaux sociaux, est prié de rester en France pour ne pas importer le coronavirus en Haïti (11,117)
    Par rapport au coronavirus qui ravage des pays en Europe, les États-Unis demandent de stopper tout vol en direction de ce continent. La peur provoquée par ce virus pousse certains haïtiens à agresser sur Twitter l’artiste Roody Roodboy qui s’est rendu à Paris cette semaine, malgré l’alerte rouge qui pèse sur la France. Des followers […]
March 2021
M T W T F S S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Categories

LES PLUS LUS