Connect with us

Gang

Krisla, chef de Gang de TIBWA , propose des stratégies pour combattre d’autres chefs de gangs .

Published

on

Krisla, le chef de gang très réputé de « TIBWA », de la 3eme circonscription de Port-au-Prince, a fait des recommandations stratégiques à la Police Nationale d’Haïti (PNH) si elle veut réellement combattre l’insécurité causée par les chefs de gang en Haïti. Selon le dénommé Krisla, ce ne sont pas seulement des bandits qui habitent les zones dites « Tendues », mais il y a également des civiles qui perturbent la situation de ces zones. « À cause du chômage répété de ces jeunes issus des quartiers défavorisés, certains d’entres eux se livrent à toutes sortes de choses malsaines, dans l’objectif de résister à la faim. » déclare Krisla sur une station de radio de la capitale.

« Si les autorités veulent déstabiliser et éradiquer les pratiques des gangs armés en Haïti, elles le peuvent, et ceci, sans utiliser de grands moyens. Il convient au gouvernement de prendre ses responsabilités afin de venir avec des programmes, ou d’assistance qui permettront aux riverains de l’avenue Bolosse d’avoir la paix. »

Krisla parle en faveur de l’unité et la paix dans les quartiers ou règnent les gangs armés. De son coté, il exige à ses soldats de respecter la vie et le droit des autres. « Parmi mes soldats, il n’y a pas de mineurs, car ils sont les plus vulnérables, émotifs et plus facile à manipuler » ajoute Krisla.

Des individus armés circulent avec des armes automatiques de gros calibre en plein jour, non loin du sous-commissariat de cette zone. Cette situation provoque assez souvent de la panique dans cette localité, et paralyse le plus souvent les activités quotidiennes des Habitants. Très tôt ce lundi 7 juillet 2019, des tirs nourris ont été entendus dans les zones susmentionnées où les riverains ont lancé un SOS aux autorités compétentes pendant que des bandits armés ont brûlé plusieurs maisons.

Krisla a profité de l’interview pour envoyer un message clair aux chefs de gangs à travers tout le pays, en leur demandant d’emprunter le chemin de la paix « je veux que vous ayez une conscience claire, de même que moi. Les armes ne peuvent vous sauver. Je vous conseille de déposer les armes et de trouver autre chose à faire qui pourrait de préférence aider votre communauté »

Crime

ODEMA, Le chef de Gang de Savien , révèle que le député Victor Prophane est son fournisseur en armes et minutions

Published

on

Député Victor Prophane

Le chef de gang de Savien dans le département de l’Artibonite connu sous le nom de «ODEMA », a fait des révélations pour le moins fracassantes. ODEMA affirme que le député de Petite Rivière de l’Artibonite Victor Prophane, par le biais de l’Inspecteur Mortiné Montas, leur fournissait des matériels comme des armes de gros calibres et minutions, pour accomplir des actes de banditisme.

Il affirme aussi que le député lui doit de l’argent, et qu’il simule sa mort. « Il m’a créé et ensuite il veut ma mort. Il m’a armé pour exécuter ses sales boulots, maintenant il refuse de me payer. C’est pourquoi j’ai pris de force une de ses voitures et je suis prêt à mettre la main sur d’autres de ses voitures. » Déclare le chef de gang de Savien, dans une station de radio de la capitale.

Le chef de Gang « ODEMA » dans son interview prévient les autorités qu’il se convertira sous peu en REVOLUTIONNAIRE. Car dans les jours qui suivent, lui et ses soldats, vont exiger de l’électricité pour leur localité et aussi diminuer le prix de l’engrais et une meilleure condition de vie. Sinon dit-il il y aura de gros ennuis dans les prochains jours dans le département de l’Artibonite.

Continue Reading

Crime

Haïti Assassinat : Un inspecteur de police tué dans un commissariat de police à Bassin-Bleu

Published

on

By

Johnny Brisset, un inspecteur de Police, affecté au commissariat de bassin Bleu dans le département du Nord-Ouest, a été mortellement touché par balles le samedi 6 juillet 2019. Cet acte de banditisme, selon des témoins sur place, est l’œuvre de deux individus armés qui ont pénétré l’enceinte du commissariat aux environs de 12h Pm (midi) jusqu’à atteindre l’inspecteur à coups de feu tirés de manière répétitive.

Ces Hommes, qui circulaient à moto, selon les informations recueillies ont pris la fuite en toute quiétude après avoir commis leur crime pendant que plusieurs policiers se trouvaient dans les parages.

Transféré à l’hôpital ‘’Alma Mater’’ de Gros-Morne, la victime atteint de deux projectiles, a rendu l’âme aux Gonaïves le dimanche 7 juillet 2019.

Continue Reading

Crime

Massacre la saline: Des enquêteurs américains dénoncent la complicité du gouvernement Haïtien au massacre de la saline

Published

on

By

Miliana Louis pleure lors de la cérémonie du 13 décembre 2018 à la mémoire des victimes du massacre perpétré dans le bidonville de La Saline à Port-au-Prince, en Haïti. Louis a déclaré que son fils de 22 ans, James, avait été tué avec une machette lors de l'assassinat en masse du 13 novembre, et que son corps avait été nourri à des porcs. DIEU NALIO CHERY AP

Une enquête des États-Unis sur les droits de l’homme réalisée sur le massacre de novembre 2018, dans un bidonville d’Haïti, pointe du doigt le gouvernement haïtien et soulève des questions sur le contrôle des forces de police de ce pays.

L’enquête sur le règne des bandits de deux jours dans le quartier de la Saline à Port-au-Prince, a confirmé qu’au moins 26 personnes avaient été tuées, certaines, par des haches ou des machettes. La plupart d’entre eux par balles. Leurs corps avaient été emmenés dans des brouettes et abandonnés. pièces inconnues. Les enquêteurs ont déclaré qu’au moins une douzaine de personnes étaient toujours portées disparues.

Le massacre, a déclaré le Royaume-Uni, “soulève de nombreuses inquiétudes concernant les violations des droits de l’homme perpétrées à l’encontre des habitants de la Saline et l’implication présumée d’agents de la [Police nationale d’Haïti] et de responsables de l’État.”

Les victimes étaient âgées de 10 mois à 72 ans et il y avait au moins deux viols collectifs, dont celui d’un jeune homme de 17 ans.

Avant l’attaque des 13 et 14 novembre, le gang Projet la Saline exerçait une domination sur le voisinage et sur les autres gangs du quartier. Il avait aussi le contrôle du marché de Croix-desBossales. Lors de l’attaque, deux gangs du quartier (Chabon et Bwadom) se sont associés à trois autres gangs extérieur à La Saline (Tokyo, Delmas 6 et Pilate) pour le contrôle du marché de Croix-des-Bossales au profil du gang Chabon. Tous les témoignages recueillis indiquent que le gang Chabon et son leader Ti Junior dirigeaient les attaques des 13 et 14 novembre.

Le rapport a été produit par la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti et le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Les entretiens ont été menés par le service des droits de l’homme de la mission.

Les enquêteurs ont indiqué que des responsables du gouvernement haïtien avaient exprimé des “réserves quant aux chiffres donnés concernant le nombre de morts rapportés à la suite de l’attaque d’un gang.” Le chef du bureau de l’Inspecteur général de la Police nationale d’Haïti, Ralph Stanley Jean Brice, a également contesté certaines de ces conclusions.

“Il n’y avait aucun officier de police impliqué”, a déclaré Brice au Miami Herald. “Vous aviez deux anciens officiers qui avaient été licenciés et aucune unité de la police n’était impliquée …”

Brice a précisé que la police avait mené deux enquêtes sur le massacre et une troisième sur les raisons pour lesquelles la police n’était pas intervenue (une critique soulevée par les enquêteurs du Royaume-Uni) est en cours. Mais ce que les policiers ont découvert, a-t-il dit, c’est qu’il n’y avait pas de troisième policier, comme le signalait le rapport américain, et que le massacre a commencé bien après la tombée de la nuit le 13 novembre, et non à 15 heures, comme l’ont indiqué les enquêteurs.

“Il faisait sombre. Il y a eu une panne d’électricité à La Saline et les officiers ne veulent pas y aller », a-t-il déclaré, notant qu’il n’y avait pas d’opérations de police dans la communauté. “De plus, nous n’avions pas assez de personnel ou d’équipement pour l’arrêter.”

Bien que les estimations sur le nombre de morts et le moment du massacre varient, les conclusions des enquêteurs sur le déroulement de l’incident sont similaires à celles révélées dans les rapports de deux organisations de défense des droits de l’homme et de la police nationale d’Haïti, selon lesquels plus de 70 personnes devraient être tuées. arrêté pour «actes répréhensibles».

Le rapport, demandé par le Conseil de sécurité des Nations Unies, arrive au moment où celui-ci se prépare à mettre fin à sa mission de maintien de la paix en Haïti en octobre, après 15 ans, et que le pays voit une recrudescence de la violence meurtrière liée aux gangs et traverse une crise politique. Des organisations de l’opposition, des groupes de citoyens et des chefs d’entreprises et religieux demandent la démission du président haïtien Jovenel Moïse à la suite de son implication dans un scandale de corruption impliquant la mauvaise gestion de milliards de dollars d’économies réalisées grâce au programme pétrolier, PetroCaribe. Moïse a déclaré son innocence et se pronence fermement qu’il ne démissionnera pas.

https://www.miamiherald.com

Continue Reading

Opinion Publique: Participer à notre sondage

 

Les plus visionnés

  • Michelet Nestor : L’appel au dialogue du président devrait tabler sur sa démission (16,307)
    Jovenel Moïse aurait dû annoncer sa démission dans son adresse à la nation, et l'appel au dialogue du président aurait eu pour tâche de préparer le gouvernement de transition, pense Nestor Michelet, spécialiste en Droit international des affaires. Une telle démarche calmerait, selon lui, toute cette colère populaire qui ne fait que paralyser le pays. […]
  • OPINION PUBLIQUE: Les grenadiers passent de Héros à zéros (12,139)
    Après la dernière édition de la Concacaf (Gold Cup), ou la sélection Haïtienne de football a gagné la 3e place, trois Grenadiers sur cinq, de ceux qui sont revenus du championnat, ont été reçus par le président Jovenel Moïse, au Palais National le 9 juillet 2019. Depuis, l’opinion publique ne cesse de dénoncer cette rencontre, […]
  • Michelet Nestor à travers sa fondation vient en aide à La Gonâve (5,648)
    Face à une crise humanitaire qui sévit à l'île de La Gonâve, Michelet Nestor à travers sa Fondation Nestor pour le développement (FONED) vient en aide à des familles. Les habitants de La Gonâve se retrouvent dans l'incapacité de s'approvisionner pour subvenir à leurs besoins, à cause de la crise sociopolitique actuelle qui sévit dans […]
  • 30 dollars US: Quand le rappeur Youssoupha Mabiki joue pour des gens fortunés en Haïti (5,106)
    Le vendredi 5 juillet 2019, le peuple haïtien a été courtisé par l’exceptionnel rappeur français d’origine congolaise, Youssoupha. L’un des lyricistes les plus appréciés de la métropole française, et qui, au fil des ans, a taillé une place de choix au cœur de l’élite de la musique populaire de France, parmi lesquels : Kerry James, […]
  • Joseph Lambert, le “Ti Malis” de la politique (3,020)
    Se déclarant être une "bête politique", le sénateur Joseph Lambert, qui est connu pour ses stratégies politiciennes afin de rester dans l'arène politique, vient d'annoncer son désaccord avec le pouvoir en place. Ce désacord peut être compris comme un virement du sénateur lui permettant de se configurer dans l'espace politique. Très ambitieux, très malin et […]
November 2019
M T W T F S S
« Oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Categories

LES PLUS LUS