Connect with us

Justice-Faits Divers

Le carnaval force les maires de Port-au-Prince à être « propres »

Published

on

Si les détritus sont des pots de fleur décorant chaque recoin de la capitale haïtienne, pour la période carnavalesque, le sens de responsabilité semble animer les maires de Port-au-Prince eu égard à cette question d’insalubrité.  

Des équipes de nettoyage, toutefois sans équipements adéquats, sillonnent le centre-ville pour ramasser les fatras afin d’accueillir cette fête populaire.

Cette volonté soudaine de nettoyer la ville se remarque depuis l’annonce du Ministère de la Culture et de la Communication indiquant que le carnaval officiel se tiendra à Port-au-Prince les 23, 24 et 25 février.

Est-ce le fait de vouloir empocher l’argent du carnaval qui expliquerait le dévouement des maires concernant cette tâche minimale, qui se révèle très souvent périlleuse, sachant que la capitale est une référence en matière d’insalubrité ? Pourquoi nettoyer la commune ‘’uniquement’’ au moment des festivités carnavalesques, alors qu’il est une nécessité vitale ?  

D’ailleurs, les conditions environnementales désastreuses et précaires de la capitale laissent penser que les fatras consisteraient même une de ses caractéristiques. Si bien que sillonner un coin de Port-au-Prince sans saluer des montages d’immondices révèlerait d’un grand hasard.

Et même à quelques mètres du Palais National, des odeurs nauséabondes, de matières fécales ou d’urine, parfument l’odorat des passants ou des gens qui fréquentent le Champ-de-mars. À cet effet, il faut mentionner l’état de la place des artistes qui a été aménagé pour accueillir des personnes qui veulent consommer et s’amuser s’est transformé en un espace désagréable où les gens respirent l’odeur des matières fécales ainsi que celle d’urine.

Les gens font leurs besoins physiologiques sur le sol. D’ailleurs, la construction des toilettes a été interrompue.   

L’empressement de nettoyer la ville montre comment le carnaval force les autorités municipales à faire usage de la propreté. Après l’annonce du carnaval, la mairie devient subitement fonctionnelle.

Dévouement suspect ! Volonté sectaire ! Si bien que certaines localités de la ville, par exemple le Bicentenaire, La Saline, le Boulevard Jean-Jacques Dessalines, regorgent de détritus et d’immondices qui font encore office de décoration.

Ce travail qui est tout à fait normal parait suspect, en ce qu’après les festivités, la ville regorgera de fatras ; non seulement avec les fatras apportés par le carnaval, mais aussi à cause  de la défaillance du Service National de Gestion de Résidus Solides (SNGRS).

Il est toutefois utile de surligner que cette question d’insalubrité relevant de la santé publique exige également la responsabilité des citoyens qui participent, en dehors de l’irresponsabilité des autorités, à salir les rues.

Si « mikwòb pa touye ayisyen », comme on aime le dire, il faut savoir qu’ils nous tuent à petit feu.

Actualités

L’ex-policier Michelet Nestor qualifie la révocation des membres du syndicat de la PNH de décision irréfléchie

Published

on

L’ancien agent II de la Police Nationale d’Haïti, Michelet Nestor s’oppose à la révocation des membres du syndicat de la PNH (SPNH). Me Nestor qualifie cette décision d’action irréfléchie.

Selon lui, le haut commandement aurait pu discuter avec le syndicat pour prendre en compte leurs revendications et leurs doléances en vue d’éviter les violences enregistrées à partir des différentes manifestations du syndicat.

Michelet Nestor se dit favorable à l’idée d’un syndicat de la PNH. Le spécialiste en droit international des affaires tient à rappeler que la liberté syndicale est garantie par la constitution haïtienne et la convention internationale du travail, ratifiée par décret le 16 février 1979 par Haïti sous la présidence de Jean-Claude Duvalier.  

Toutefois, les règlements internes de la Police nationale restent imprécis sur la question. Dans un arrêté publié en date du 20 août 2013 définissant le statut de la PNH, stipule en son article 71 que : « le personnel de la Police nationale doit en tout temps et en tout lieu, qu’il soit en service ou non, s’abstenir de tout acte, geste, parole ou manifestation  quelconque de nature à troubler l’ordre public, à jeter le discrédit sur les Institutions nationales ou sur sa corporation. Toutefois, il peut adhérer à des associations à caractère sportif, culturel et d’utilité publique. »

« Les revendications sont légitimes. Il est tout à fait normal que des policiers réclament de meilleures conditions de travail », avance Me Nestor, soulignant que les conditions de travail des policiers sont exécrables. La situation est révoltante, fustige-t-il.

Toutefois, s’opposant à cette révocation, Me Nestor déplore les violences enregistrées lors des manifestations des policiers réclamant la liberté syndicale.

L’entrepreneur voit le syndicat comme un intermédiaire entre les agents et le haut commandement permettant d’établir des dialogues, des discussions autour des problèmes rencontrés par les policiers dans l’exercice de leurs fonctions.

Pour riposter et pour ne pas légitimer le syndicat, le haut commandement de la PNH a procédé à la révocation de quatre agents dont un inspecteur, et Yanick Joseph, cheffe de file du syndicat.

Le mercredi 19 février 2020, des membres du SPNH ont saisi plusieurs clefs de voitures des civils et des services de l’État, et les déposées à la Radio Caraïbes.

Pendant cette manifestation, le cabinet du Me Samuel Madistin, ancien sénateur de l’Artibonite, a été vandalisé ; et plusieurs machines ont été incendiées dans le stade Sylvio Cator.  

L’ancien agent II invite les membres du SPNH à entamer les démarches légales et administratives, et du coup les suggère de manifester pacifiquement pour atteindre leurs objectifs. Mis à part les forces armées, la PNH est le gardien de la population, a ajouté Michelet Nestor, soulignant que les policiers doivent être bien équipés, protégés et bien payés pour pouvoir faire leur travail avec efficacité.

De l’autre côté, l’ex-policier, préoccupé par la situation du pays, exhorte les autorités concernées à prendre leurs responsabilités en vue d’éviter tout chaos.

Il est important de rappeler que lors de son voyage à La Gonâve, en octobre 2019, pour venir en aide à des familles pétrifiées par une crise humanitaire, Michelet Nestor, à travers sa fondation (FONED), a fait un don de deux motocyclettes au commissariat d’Anse-à-Galet afin d’aider les policiers dans leur travail.

Continue Reading

Actualités

Haïti-Insécurité: Le CONATEL veut contribuer à retracer les bandits utilisant des téléphones mobiles

Published

on

Suite à la montée de l’insécurité, le Conseil National de Télécommunications (CONATEL) exige aux opérateurs de téléphonie de procéder à l’enregistrement de l’identité de tout acheteur de cartes SIM, afin de connaitre leur propriétaire en cas d’enquêtes policières et judiciaires.

 Le directeur du CONATEL, Jean-Marie Guillaume, rappelle aux usagers en général, et aux opérateurs en particulier, l’obligation faite par la décision réglementaire (OE-CNT-DEC20130004 en date du 7 août 2013) aux opérateurs de mettre en place une structure d’identification et d’enregistrement pour chaque carte SIM.

L’objectif de ce rappel consiste à retracer des bandits utilisant des téléphones mobiles dans leurs actes de banditisme.

En conséquence, dans une circulaire, le CONATEL fait injonction aux opérateurs de se conformer strictement aux dispositions de ladite décision réglementaire sous peine de voir appliquer les sanctions prévues.

Le CONATEL enjoint, de l’autre côté, tous les usagers à n’acheter de cartes SIM que dans les points de vente où l’enregistrement de leur identité est possible. Et les usagers devront fournir une pièce d’identité au vendeur de carte SIM et exigeront que celle-ci soit enregistrée, lit-on dans la circulaire.

Dans le cas contraire, la carte SIM de l’usager devra être désactivée par l’opérateur de téléphonie dans les 24 heures qui suivent sans aucune responsabilité de la part de ce dernier.

Le CONATEL accorde un délai d’une semaine aux opérateurs de téléphonie pour présenter à son bureau les mesures propres à garantir l’efficacité des dispositions de cette décision réglementaire, notamment concernant les cartes SIM en circulation.

Il faut signaler malgré la décision portant sur l’enregistrement des cartes SIM existe depuis environ 7 ans, des bandits ont été reçus au téléphone par des journalistes pour prendre la parole.

Ils ont aussi l’habitude de parler à des parents de victimes, en ce qui à trait au kidnapping, pendant des heures, sans que l’on arrive à les retracer. Une situation qui a soulevé la colère de nombreuses personnes au sein de la société.


Continue Reading

Justice-Faits Divers

Un couple arrêté par la PNH après avoir enlevé une adolescente à Gressier

Published

on

By

Deux présumés kidnappeurs, Jésula Paulemon et Talus Abdon, ont été arretés à Mariani par la police de Gressier, samedi 15 février 2020, après avoir enlevé une fillette 11 ans.

La fillette, libérée grâce aux efforts des policiers, aurait été kidnappée mercredi 12 février 2020, selon les informations fournies par des agents de la PNH. La police dit ne pas dévoiler l’identité de la victime pour question de sûreté et de sécurité.

Il faut rappeler que ces derniers temps, le phénomène de kidnapping fait rage dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et les communes avoisinantes. Des groupes armés font leur loi dans certaines zones face à l’irresponsabilité des autorités.

Prince Odson NESTOR

Continue Reading

Les plus visionnés

  • Michelet Nestor : L’appel au dialogue du président devrait tabler sur sa démission (56,887)
    Jovenel Moïse aurait dû annoncer sa démission dans son adresse à la nation, et l'appel au dialogue du président aurait eu pour tâche de préparer le gouvernement de transition, pense Nestor Michelet, spécialiste en Droit international des affaires. Une telle démarche calmerait, selon lui, toute cette colère populaire qui ne fait que paralyser le pays. […]
  • OPINION PUBLIQUE: Les grenadiers passent de Héros à zéros (12,494)
    Après la dernière édition de la Concacaf (Gold Cup), ou la sélection Haïtienne de football a gagné la 3e place, trois Grenadiers sur cinq, de ceux qui sont revenus du championnat, ont été reçus par le président Jovenel Moïse, au Palais National le 9 juillet 2019. Depuis, l’opinion publique ne cesse de dénoncer cette rencontre, […]
  • Des enfants renvoyés pour des frais de scolarité, victimes d’un accident à Pétion-Ville (6,909)
    Ce matin aux environs de 9h, un camion a percuté un mur du Collège Mixte Ascension à Delmas 105 et en a fait deux morts et plusieurs blessés. L'un des enfants, âgé de 6 ans, a rendu l’âme à l’hôpital La Paix.     Selon les informations, les victimes sont des enfants à bas âge renvoyés […]
  • Michelet Nestor à travers sa fondation vient en aide à La Gonâve (6,000)
    Face à une crise humanitaire qui sévit à l'île de La Gonâve, Michelet Nestor à travers sa Fondation Nestor pour le développement (FONED) vient en aide à des familles. Les habitants de La Gonâve se retrouvent dans l'incapacité de s'approvisionner pour subvenir à leurs besoins, à cause de la crise sociopolitique actuelle qui sévit dans […]
  • 30 dollars US: Quand le rappeur Youssoupha Mabiki joue pour des gens fortunés en Haïti (5,539)
    Le vendredi 5 juillet 2019, le peuple haïtien a été courtisé par l’exceptionnel rappeur français d’origine congolaise, Youssoupha. L’un des lyricistes les plus appréciés de la métropole française, et qui, au fil des ans, a taillé une place de choix au cœur de l’élite de la musique populaire de France, parmi lesquels : Kerry James, […]
February 2020
M T W T F S S
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Categories

LES PLUS LUS