Connect with us

Education

L’Université Quisqueya apporte son soutien aux élèves du lycée de la Saline pour les examens du Baccalauréat

Published

on

Pierre Eddy Cezar

Suite au massacre de La Saline réalisé le 13 et 14 novembre 2018 par des gangs armés, l’Université Quisqueya reçoit depuis plus de deux semaines, à son local sis à turgeau, plus de 150 écoliers du lycée de la Saline pour un cours de rattrapage intensif à la veille des examens officiels. Selon le vice-doyen de la FSED de l’université quisqueya, M. Pierre Eddy Cezar, cette initiative vise à permettre aux différents écoliers de cette école secondaire de se préparer pour les examens du Baccalauréat qui débuteront le premier juillet 2019.

Cette démarche a pour entre autres objectifs de les aider à mieux se préparer pour les examens de Philo de cette année. L’UniQ, tout en prenant compte de la situation d’insécurité qui règne dans cette zone depuis fort longtemps, a pris l’initiative d’aider ces jeunes lycéens une façon d’apporter sa contribution dans les problèmes graves du pays. Par ailleurs, d’autres mesures pour faciliter ces écoliers de participer dans ce rattrapage sont prises en considération, telles que le transport, un repas chaud tous les jours, ainsi que des ouvrages de base.

« Lors du massacre de la Saline, ce 13, 14 novembre 2018, plusieurs de mes amis- es, un camarade du Lycée ainsi que sa mère, ont été assassinés. Nous avons perdu plus de 70 jours de classe au lycée de La Saline. Je reste accrocher à ma réussite aux examens officiels et de m’inscrire à la faculté d’agronomie», a déclaré Berger, un élève du lycée.

« Pour les aider à mieux préparer les examens, des étudiants finissants de l’Université Quisqueya se sont portés volontaires, et nous avons fait également appel à nos confrères de l’Université d’État d’Haïti (UEH)», a indiqué le professeur Pierre Eddy César, vice-doyen de la Faculté des Sciences de l’Education.

Soulignons que le massacre de La saline, selon le rapport de l’Organisation des Nations Unies (ONU) publié le vendredi 21 juin 2019, a fait mention au moins de 26 morts, trois blessés, deux victimes de viol collectif, et 12 personnes sont portées disparues.

Selon les enquêteurs de l’ONU, les assaillants, après avoir violé les jeunes filles et tué les résidents de la zone, ont pillé les biens d’au moins d’une cinquantaine de personnes, selon ce même rapport.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités

Grand-Ravine : Un accord de paix trouvé entre les groupes armés et les responsables des écoles

Published

on

Réjouissance, contentement. Ce sont les sentiments exprimés sur le visage des élèves du lycée Jacques Roumain qui annoncent la réouverture des classes à Grand-Ravine, une localité occupée et prise en otage par des groupes armés.

Cette réouverture est possible grâce à un accord de paix trouvé entre des élèves, les responsables des écoles et des groupes armés (appelés à tort leaders communautaires).

Cet accord indique que la paix règnera à Martissant, Tibwa, Grand-Ravine et les zones avoisinantes pour garantir la réussite de l’année académique.

À cet effet, des élèves du lycée ont donné, lundi 3 février 2020, une conférence de presse, à laquelle a assisté notre reporter Gregory Detail, pour inviter les professeurs à se rendre sur leurs lieux de travail. Les professeurs n’ont pas à avoir peur, fait savoir un élève en classe terminale, qui se sent confiant et rassuré concernant cet accord.

S’il y a des dérapages et qu’un professeur se trouverait en difficulté à traverser ses localités, il n’a qu’à appeler les responsables du lycée pour lui venir en aide, a-t-il ajouté, en saluant les efforts des leaders dits communautaires leur permettant d’aller recevoir le pain de l’instruction.

Les élèves se disent prêts à se rendre en salle de classe et qu’ils n’attendent que les professeurs.

Il faut rappeler que malgré la réouverture scolaire en janvier 2020, c’est-à-dire quatre mois de retard, le lycée Jacques Roumain et toutes les autres écoles de la zone ne pouvaient pas fonctionner à cause de l’insécurité. Professeurs et élèves ne pouvaient pas se rendre en salle de cours.

Si la réussite de l’année académique n’est pas tout à fait garantie, cet accord de paix nous indique clairement que l’État n’a aucune autorité dans ces zones. Et qu’il revient aux groupes armés de promulguer leur propre loi à la population.          

Continue Reading

Actualités

Des enseignants menacent de bloquer la tenue des examens à Jérémie

Published

on

Les examens du bac permanent prévus en février par le Ministère de l’éducation nationale risquent de ne pas avoir lieu à Jérémie.

Des enseignants, qui réclament plusieurs mois d’arriérés de salaire, menacent d’empêcher la tenue des examens du bac permanent de l’année académique 2019-2020, si leurs revendications ne sont pas satisfaites, rapporte Le Nouvelliste.

Selon le quotidien, le nombre des enseignants à Jérémie (Grand-Anse) s’estimerait à 855.

Continue Reading

Education

Pré-fac : Véritable bastion de l’incapacité du système éducatif haïtien et de l’incongruence de nos aspirants étudiants

Published

on

Si les pré-facs constituent un espace d’orientation et de (formation) permettant à des bacheliers de franchir les portes de l’Université, elles traduisent en même temps les symptômes d’une nullité prémonitoire suite aux nombreux malaises du système éducatif haïtien. Ce n’est pas un secret que la qualité “scientifique” et “intellectuelle” des élèves laisse à désirer. Il faut donc cesser l’hypocrisie et toucher directement la plaie.

Les pré-facs symbolisent le lieu ou l’on se rend compte que le jeune qui a passé son cycle d’études secondaires en Haïti, le plus souvent, n’arrive même pas à la cheville d’un écolier de 3e cycle (cours élémentaires et moyens) en France. Ces aspirants étudiants, victimes de l’intoxication de notre système éducatif, mettent à nue le fondement même de l’apprentissage en Haïti, tout en indiquant l’urgente nécessité de repenser l’éducation dans toute sa splendeur.

La triste nouvelle est que nos élèves en classe terminale n’arrivent même pas à faire une phrase soutenue, ou n’ont presque qu’aucune idée ni d’informations fondamentales sur l’histoire d’Haïti. Si bien qu’un postulant a souligné lors d’un test dans une pré-fac que Jean Jacques Dessalines fut un président sous l’Occupation américaine d’Haïti (1915-1934).

Ce mauvais état pourrait être à la base de la déclaration du député Claude Lesly Pierre lorsqu’il accorde la nationalité française à Socrate, et en étant convaincu qu’il l’a étudié en littérature française. L’éducation comme étant un moyen pour penser, réfléchir ou (ré) produire la société, tant pour la génération présente et future, s’enlise dans les méandres du mal-être. Quelle serait l’utilité de l’éducation, si elle ne permet pas à des gens d’avoir la capacité de penser par eux-mêmes ?

Résultant de la massification ou la prolifération démesurée des écoles, cet état de délabrement s’explicite par l’irresponsabilité de l’État à organiser l’éducation afin qu’elle réponde à l’une de ses principales fonctions, celle de former des citoyens, des êtres capables de réfléchir sur l’avenir de la société, et du coup apporter leur contribution à la construction ou l’organisation de la vie sociale.

Mais quand on regarde et constate le niveau des élèves en classe terminale qui, malgré eux, seront les futurs dirigeants, l’on devient à coup sûr sceptique eu égard à l’avenir de ce pays. Les lacunes sont si énormes qu’on se demande, avec le plus grand scepticisme, est-ce qu’elles seront en partie comblées. Ou plus fondamental encore, comment certaines personnes puissent franchir la barre du baccalauréat ? L’ampleur des lacunes est à la mesure de l’indignation. Et la situation est particulièrement scandaleuse.

Toutefois, il est impossible dans l’espace d’un mois de combler les manques d’environ 16 années. Face à ces lacunes, les pré-facs se jettent dans les dédales démiurgiques en essayant de faire le plus que possible tout en sachant qu’il est impossible de remonter cette pente; laquelle pente explicite fort bien l’échec du programme du nouveau secondaire qui n’a pas rempli l’une de ces fonctions, celle d’orienter les élèves. Ce problème d’orientation empêche aux bacheliers de connaître leur capacité eu égard à des domaines spécifiques. Et à cela s’ajoute le manque de connaissance sur plusieurs domaines (les sciences humaines par exemple) qui les plonge dans une confusion à choisir une faculté qui répond à leur ambition. Certains s’engagent, parfois sous des pressions familiales, à s’intéresser à des domaines pour lesquels ils n’ont pas d’aptitude.

Cette vassalisation de l’éducation ou son mauvais état trouve aussi son fondement dans le fait de transformer les établissements scolaires en des espaces d’enrichissement où les responsables se contentent d’augmenter les prix de la scolarité au lieu d’accorder de l’importance au contenu diffusé.

Sans mentionner les différentes manifestations qui paralysent très souvent les années académiques. L’État, placé au dessus de la mêlée (conception classique de l’État-nation), donne carte blanche aux responsables d’école de faire bon leur semble. Et l’inspection scolaire qui devrait s’intéresser au bon fonctionnement des écoles brille par son absence, pour ne pas dire, son inexistence.

Dans cet exercice louable (pré-fac) qui, parfois se révèle périlleux par rapport à l’intérêt accordé, certains accompagnateurs se font passer pour des seigneurs en banalisant la “capacité” des postulants ou en s’attaquant à leur personne au travers des violences verbales. Malgré les différents problèmes qui résultent des pré-facs, elles nous permettent de faire un diagnostic du système éducatif.

Francisco BONHOMME

Continue Reading

Les plus visionnés

  • Michelet Nestor : L’appel au dialogue du président devrait tabler sur sa démission (56,863)
    Jovenel Moïse aurait dû annoncer sa démission dans son adresse à la nation, et l'appel au dialogue du président aurait eu pour tâche de préparer le gouvernement de transition, pense Nestor Michelet, spécialiste en Droit international des affaires. Une telle démarche calmerait, selon lui, toute cette colère populaire qui ne fait que paralyser le pays. […]
  • OPINION PUBLIQUE: Les grenadiers passent de Héros à zéros (12,466)
    Après la dernière édition de la Concacaf (Gold Cup), ou la sélection Haïtienne de football a gagné la 3e place, trois Grenadiers sur cinq, de ceux qui sont revenus du championnat, ont été reçus par le président Jovenel Moïse, au Palais National le 9 juillet 2019. Depuis, l’opinion publique ne cesse de dénoncer cette rencontre, […]
  • Des enfants renvoyés pour des frais de scolarité, victimes d’un accident à Pétion-Ville (6,821)
    Ce matin aux environs de 9h, un camion a percuté un mur du Collège Mixte Ascension à Delmas 105 et en a fait deux morts et plusieurs blessés. L'un des enfants, âgé de 6 ans, a rendu l’âme à l’hôpital La Paix.     Selon les informations, les victimes sont des enfants à bas âge renvoyés […]
  • Michelet Nestor à travers sa fondation vient en aide à La Gonâve (5,982)
    Face à une crise humanitaire qui sévit à l'île de La Gonâve, Michelet Nestor à travers sa Fondation Nestor pour le développement (FONED) vient en aide à des familles. Les habitants de La Gonâve se retrouvent dans l'incapacité de s'approvisionner pour subvenir à leurs besoins, à cause de la crise sociopolitique actuelle qui sévit dans […]
  • 30 dollars US: Quand le rappeur Youssoupha Mabiki joue pour des gens fortunés en Haïti (5,387)
    Le vendredi 5 juillet 2019, le peuple haïtien a été courtisé par l’exceptionnel rappeur français d’origine congolaise, Youssoupha. L’un des lyricistes les plus appréciés de la métropole française, et qui, au fil des ans, a taillé une place de choix au cœur de l’élite de la musique populaire de France, parmi lesquels : Kerry James, […]
February 2020
M T W T F S S
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Categories

LES PLUS LUS