Connect with us

Actualités

Port-au-Prince : Les groupes armés terrorisent et forcent la population à se confiner

Published

on

Après la panique et la peur engendrées par la pandémie Covid-19, la population, surtout celle fréquentant et habitant le côté sud de la capitale haïtienne (Port-au-Prince) est terrorisée par les groupes armés qui l’imposent leurs propres lois.

Si les autorités étatiques n’arrivent pas à convaincre la population à rester chez elle malgré l’alerte rouge du nouveau coronavirus, les autorités déclarées du Bicentenaire, de Village de dieu, de Martissant forcent les gens à s’enfermer chez eux.

Depuis le début de cette semaine, ces groupes continuent à semer la terreur. Plusieurs journaux ont même rapporté qu’il y a beaucoup de morts dans cette guerre de gangs. Selon des riverains qui commencent déjà à fuir leur maison pour aller habiter chez des proches, les groupes armés qui s’affrontent entre eux et avec la Police ont fait, une semaine avant, cette déclaration de guerre, alors que le gouvernement ne prenait aucune disposition pour empêcher une telle situation.

Cette guerre débute d’un désaccord entre “Baz Pilat”, et les groupes armés de Village de dieu pour la gestion du territoire.

Les tirs résonnent. Le Portail de Léogâne, surtout une partie du boulevard Jean Jacques Dessalines et de la rue Oswald Durand, devient un espace abandonné. Des personnes, obligées de laisser leur maison à la recherche du pain quotidien, sortent avec la peur au ventre.

“Je ferais mieux d’aller habiter chez ma fille qui vit à Nazon, parce que la situation devient vraiment insupportable”, soutient une marchande.

“Si cela reste ainsi, je laisse la maison pour aller ailleurs” affirme un homme de la rue Fleury Bastier qui craigne ce mardi 14 avril 2020 l’arrivée des groupes armés dans sa zone. Il faisait référence à l’opération des groupes armés à la 5eme avenue ce 14 avril.

Confinement forcé. Situation désastreuse. C’est en ces thèmes qu’un chauffeur de taxi moto comprend la situation. Le taximan s’inquiète de ses journées dans ce circuit. “Déjà avec la question du coronavirus, la circulation était ralentie, avec les échanges de tirs, elle s’aggrave encore plus”, avance-t-il, indiquant qu’il ne va pas trouver de clients. Les recettes diminuent considérablement. “Pa gen lari monchè”, dit-il. Les petits commerces et le transport public ralentissent.

Pourquoi l’État ne se prononce pas sur cette situation ? Cela fait aussi partie de la protection de la vie de la population, au même titre qu’on veut le faire pour la crise sanitaire (COVID-19), se questionne un autre jeune homme.

Pour résoudre ce problème de sécurité publique, l’on doit trouver les sources de financement, les sources d’approvisionnement des bandits, pense un riverain de la ruelle Alerte.

Il faut rappeler que plusieurs institutions d’État au Bicentenaire ne fonctionnaient pas, ou fonctionnaient au ralenti, à cause des guerres de gangs, et ce, bien avant la crise de la pandémie Covid-19. Carl Murat Cantave, président de l’Assemblée nationale d’alors, avait déclaré qu’il allait louer un espace dans un hôtel à Pétion-Ville pour loger quelques bureaux, jugés importants, pour que le Sénat puisse fonctionner. Juste pour fuir les balles des bandits.

La loi des groupes armés est plus forte que celle du Parlement, pourrait-on dire. Nul n’est censé ignorer la loi des bandits. Si bien que des magistrats, avocats du Parquet de Port-au-Prince s’étaient obligés de laisser leur espace de travail sous ultimatum des bandits du Bicentenaire.

Les groupes armés avaient l’habitude de forcer les gens qui travaillent à la Primature, au Parlement, au Parquet de Port-au-Prince et aux Archives Nationales à se confiner.

Autrement dit, même les autorités de l’État fuient leur espace de travail sous pression des balles des bandits. Et qu’en est-il de ceux qui n’ont pas d’autre choix que de rester dans ces endroits ? Il faut mentionner la fameuse déclaration de Carl Murat Cantave, ancien président du Sénat: “habiter à La Saline est un choix”. Comme si tout le monde aurait le choix d’habiter des quartiers chics, des espaces luxueux ou des quartiers déclarés zones défavorisées.

En tout cas, si les autorités établies n’arrivaient pas à imposer le confinement, qu’il soit total ou méso, les autorités déclarées du côté sud de la capitale sembleraient rendre un grand service au gouvernement. Et la pandémie Covid-19 qui a déjà fait 3 morts pour 40 cas confirmés dans le pays, selon les chiffres officiels, semble ne pas effrayer les groupes armés qui continuent à terroriser la population.

Francisco BONHOMME et Brunel Duméus

Actualités

Un Mbappé brillantissime éclipse le Barça et tue tout espoir de remontada

Published

on

L’on n’est pas besoin d’être fan du ballon rond pour entendre parler de ce duel opposant le PSG et le Barça. Ces deux clubs qui ont l’habitude de s’affronter en Ligue des champions. Et l’histoire retiendra que le Barca a été très souvent sorti vainqueur de ce duel qui fait toujours le bonheur des spectateurs de ce sport magnifique.  

Cette année, la roue tourne. Le PSG a beau été secoué mais se qualifie pour le quart de finale de la Ligue des champions ce mercredi 10 mars 2021 avec un nul (1-1) au Parc des princes. 

Et c’est grâce à un grand et brillantissime Kylian Mbappé que PSG doit cette qualification en marquant à lui seul 4 buts pour l’ensemble des deux matchs. Un bouffé d’oxygène pour les parisiens qui attendaient impatiemment ce moment. Surtout après leur grande défaite historique face aux Blaugranas le 8 mars 2017, (6-1) au Camp Nou, après s’être imposé (4-0) à l’aller.

Les fans du Barca croyaient que l’histoire allait se répéter comme on aime dire : les mêmes faits produisent les effets. Mais ils oublient qu’ils n’ont plus Neymar, l’homme de la grande remontada du 8 mars 2017. Ane a farin nan pa vin nan menm sak.

Les parisiens croquent à pleines dents le Barça de la même manière que l’on  mord dans une framboise au beau printemps avec ses 5 buts contre 2 sur l’ensemble des deux matchs de la huitième de finale. 

Assurant le leadership en l’absence de la star brésilienne, Neymar Junior, Mbappé a été énormissime devant un Barça pas au meilleur de sa forme, malgré les efforts de Léo Messi, au match retour, jouant aux cotés des joueurs sans grande motivation.  

Mbappé tue tout espoir de remontada pour les Blaugranas, et sort ses griffes pour bouffer tout cru les poulains de Ronald Koeman.

En course pour le C1 le PSG et le Barça, cette fois sous ses caprices, Fortuna la déesse du hasard a dû enfin remettre pour une fois le Barça à Morphée,  le Dieu du sommeil.

Si tant est que le Barça soit grisé par l’ivresse du score aller , il est maintenant cuit par la chaleur de Mbappé et brûlé  par le soleil de Navas qui a stoppé de fort belle manière un penalty de Messi, envoyant un signal fort aux catalans leur disant qu’ils allaient être éliminés.

Le Barça se laisse emporter par le PSG comme un voilier se laisse emporter par le vent.

Le jeune français a permis au PSG de devenir le premier club français à s’imposer sur la pelouse du Camp Nou en Ligue des Champions depuis 1984.

Si le match aller était comme de l’eau à boire pour le PSG de Mbappé, le match retour était toute autre chose. Les protégés de Pochetino étaient moins performants. Aussi l’équipe était-elle très prenable. Mais le sauveur dieu Mbappé était encore là pour tuer tout espoir d’une nouvelle  remontada des espagnols.

Jero Marie Scolastique PIERRE

Continue Reading

Actualités

Un projet de coup d’État ayant à sa tête Marie Louise Gauthier avorté

Published

on

Des membres haut-gradés de la Police nationale et de la Cour de Cassation ont élaboré, sous les ordres des autorités du Département d’État américain, un projet de coup d’État pour forcer Jovenel Moise à quitter le Palais national le 7 février 2021 sous l’égide de l’article 134-2 de la Constitution.

L’idée était de procéder à une arrestation déguisée de Jovenel Moise par les services de sécurité du Palais national. Une arrestation qui conduirait Jovenel Moise à l’habitation Petit Bois, plus bas de l’ambassade américaine.

Selon des informations recueillies auprès des sources fiables, le mandat émis par le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire s’acheminerait à l’ambassade américaine pour approbation avant d’arriver aux mains du chef de la sécurité du Palais national, Dimitri Herard. Ce dernier, via des audios sur WhatsApp indiquant une conversation avec Marie Louise Gauthier, confirmait avoir été contacté par des autorités du Département d’État sur le projet de coup d’État.
Après l’arrestation de Jovenel Moise jusqu’à le forcer à quitter le pays, les complotistes procéderaient lundi 8 février à l’installation du pouvoir de transition. Toutefois, ce projet se réaliserait si Jovenel Moise restait au Palais jusqu’au matin du 7 février 2021.

Au courant de ce projet, le pouvoir en place a procédé ce dimanche 7 février 2021, aux environs de deux du matin, à l’arrestation de l’inspectrice Marie Louise Gauthier, le juge de la Cour de Cassation Yvickel Dieujuste Dabrésil et plusieurs autres personnes pour complot contre la sureté de l’État.

Il faut rappeler que ce bras de fer entre le pouvoir et l’opposition sur la fin du mandat du président Moise a engendré ce 7 février un pays en ébullition. Plusieurs personnes gagnent les rues dans plusieurs villes du pays pour manifester contre le pouvoir. Des routes bloquées. Des tirs résonnent partout dans le centre-ville de Port-au-Prince.

Pendant que le pays est au bord de l’explosion, Jovenel Moise se rend à Jacmel pour le carnaval. Jovenel Moise dans un tweet annonce qu’il s’adressera ce dimanche à la nation pour présenter au peuple ayitien le bilan de ses quatre ans au pouvoir. Parallèlement, le président du tiers du Senat Joseph Lambert soutient qu’il va également s’adresser à la nation ce dimanche. Par ailleurs, l’opposition crie haut et fort la fin du mandat de Jovenel Moise ce dimanche 7 février.

Continue Reading

Actualités

Le propriétaire du Supermarché « Sen Yo La » Jacques Pierre Matilus tué à Delmas 40b.

Published

on

By

Des hommes non identifiés et lourdement armés ont abattu, le propriétaire du mini market « Sen Yo La » à 40 B. Selon les témoins les hommes armés ont ordonné à l’homme d’affaires de monter à bord de leur véhicule aux fins de kidnapping, ce qu’il a refusé de faire.

Refusant de monté à bord d’un Nissan Patrol d’immatriculation Service de l’Etat, les hommes lourdement armés l’ont assassiné de plusieurs balles devant son mini market à Delmas 40B.

Signalons que, la victime a été un cadre au niveau du Ministère des Affaires Étrangères et des Cultes, et serait un potentiel candidat à la députation de l’Estère, sa ville natale. En réponse à cet acte jugé barbare les riverains ont entamé un mouvement de protestation dans la zone.

Continue Reading

LES PLUS LUS